L'urbanisation de Fort-de-France, une histoire capitale
Accueil   >   L'urbanisation de Fort-de-France, une histoire capitale

Tour à tour ville garnison, capitale militaire, administrative, la cité foyalaise s’est urbanisée au rythme de l’histoire et des aléas naturels.

Premier témoin de cette évolution, le Fort-Royal (actuel Fort Saint-Louis), édifié pour son positionnement stratégique en 1677. Le premier gouverneur général des Antilles, le marquis de Bass, décide de créer une ville éponyme autour de la fortification.

Quatre ans plus tard, l’agglomération est élevée au rang de chef-lieu de la Martinique et des Antilles françaises. Mais Saint-Pierre, sa rivale, demeure concurrentielle. En cause : une mangrove inhospitalière et un climat hostile deux siècles durant.

En 1848, Fort-Royal est baptisé Fort-de-France. C’est au 20ème siècle, que la ville prend de l’ampleur. Suite à la tragédie de 1902, Fort-de-France hérite du statut de capitale. Les quartiers Dillon, Terres-Sainville… sont alors construits pour accueillir les 6000 sinistrés du nord de l’île.
Dans les années 50, un nouvel exode rural repousse les frontières de la ville sur les hauteurs (Trénelle-Citron, Morne Pichevin…). Mais, à partir des années 60, le centre-ville se vide de ses habitants.

Aujourd’hui, la capitale martiniquaise envisage plus sereinement de relever de nouveaux défis : reconquérir les résidents et rayonner dans la Caraïbe.